"Movie money" : la police alerte sur une nouvelle arnaque qui se répand à une vitesse inquiétante en France

La police nationale s'inquiète de la recrudescence de "milliers de faux billets", destinés à l'origine à l'industrie du cinéma, ces derniers mois en France.

Le phénomène ne cesse de se développer depuis son apparition au printemps, et commence à inquiéter les autorités. La semaine passée, la police nationale a même lancé un appel à la prudence sur Twitter après une recrudescence de faux billets, essentiellement de 20 et 50 euros, imprimés au départ dans le but de servir comme accessoires au cinéma, dans les stations touristiques de Saint-Malo et Dinard.

Une arnaque qui se généralise dans l'Hexagone

Ces fausses coupures sont généralement faites d'un papier de mauvaise qualité, et sont vendues librement sur des sites web chinois comme accessoires pour les tournages. Chaque billet porte un avertissement "This is not legal. It is to be used for motion props only" dans une marge, et la signature du patron de la BCE y est remplacée par la mention "Movie money", d'où leur nom.

"Ils sont fabriqués selon la méthode 'off set', les billets ne sont pas fabriqués avec du papier fiduciaire mais avec du papier commercial, la bande holographique sur le côté du billet est imprimée au lieu d'être collée", explique le commandant divisionnaire Alain Bateau, chef adjoint de l'Office central pour la répression du faux monnayage (OCRFM), qui s'est également exprimé sur l'apparition du phénomène, au printemps dernier.

42% de cette fausse monnaie circule en France 

À lire aussi
Pourquoi les gauchers ont droit à une journée internationale ce 13 août ?

"C’est apparu en Europe vers avril. Ca a commencé par quelques exemplaires, maintenant on en a plusieurs milliers", a-t-il déploré dans cet entretien accordé à l'AFP, ajoutant que ces coupures sont "écoulés essentiellement dans les petits commerces ou les fast-foods, ces nouveaux billets s’achètent en ligne sur des sites chinois comme Aliexpress, pour un prix dérisoire, moins de 10 euros les 100 exemplaires."

Au total, 42% de cette fausse monnaie circule en France, ce qui fait de l'Hexagone le pays de la zone Euro le plus touché par le phénomène. Depuis début 2019, une centaines d'affaires ont été enregistrées dans le pays, et plusieurs interpellations ont eu lieu. Pour rappel, l'utilisation de faux billets est passible d'un an de prison au maximum et 15 000 euros d'amende

Related:

 
Post a Reply