Paris : des bistrots font payer les rondelles de citron aux clients

Certains établissements de la capitale facturent la tranche de citron à 0,50€. Une pratique pas illégale qui rend fous les clients.

Une journaliste qui prenait tranquillement un verre dans un bistrot parisien a fait une découverte bien surprenante et l'a partagé sur twitter. En demandant l'addition pour ses consommations, Nora Hamadi s'est rendu compte que sur les 6 euros du prix de son Perrier, 5,50 euros sont pour l'eau gazeuse, et 50 centimes pour.... la rondelle de citron ! Une découverte qui a failli faire s'étouffer la journaliste de Arte.

Des bistrots bien placés qui attirent majoritairement des touristes

C'est au Bistrot de la Tour, installé au pied du métro Bir Hakeim (XVe), à quelques mètres de la Tour Eiffel, elle a vu la facture de son Perrier, déjà "hors de prix", grimper de 9% à cause de... sa simple tranche de citron, qui lui est a été facturée sans qu'elle soit prévenue. Scandalisée, la jeune femme a posté la photo de son ticket sur Twitter avec le hashtag #RasLeBol.

Une pratique totalement légale

Aussi choquante soit-elle, cette pratique n'est pourtant pas illégale. Un commerçant peut tout à fait mettre en place des suppléments facturés et fixe librement le prix des produits qu'il commercialise. Cependant il a une obligation d'information envers le consommateur, ce qui ne semblait pas être respecté dans ce bistrot selon la journaliste... mais qui l'était pourtant, après vérification du Parisien.

Des informations parfois dissimulées

Et c'est bien là que les propriétaires des établissements Eiffel Café, Iolanda Pizzeria et Bistrot de la Tour, qui quadrillent le métro Bir Hakeim, "profitent de l'ambiguïté". Si leurs menus indiquent que "le supplément, citron, sirop, ou lait coûte 50 centimes", c'est par une ligne discrète qui apparaît au bas de la carte et qui passe facilement inaperçue.

À lire aussi
La vodka Sobieski vous attend dans son appartement éphémère

Attention au bad buzz

De plus en plus d'établissements font payer un maximum de frais supplémentaires pour tous les services proposés, y compris par exemple l'accès aux toilettes, qui est parfois facturé, afin de maximiser les revenus par tous les moyens. Une pratique qui devrait cependant devenir très impopulaire, à l'heure des réseaux sociaux et de la notation permanente sur les sites touristiques type TripAdvisor. Grâce à cette journaliste, le Bistrot de la Tour s'est quant à lui pris un sacré bad buzz.

Related:

 
Post a Reply

Poll of the Week