Test génétique pour prévenir des maladies héréditaires : ça concerne qui ?

Seriez-vous prêt à passer un test génétique capable de détecter des risques potentiels de contracter une pathologie ? Si c’est le cas, alors vous faites partie des 81% des Français ouverts à la médecine prédictive, une pratique qui se démocratise même si elle suscite de nombreuses craintes.

Depuis quelques années, la médecine prédictive rencontre un succès grandissant. Contrairement à ce que pourrait laisser penser son nom, cette pratique ne consiste pas à se rendre chez un médium mais à évaluer l’apparition d’une éventuelle pathologie grâce à un test génétique de prédisposition.

L’étude des gènes peut en effet permettre de découvrir des facteurs de risques ou des anomalies. Elle peut notamment prévenir de l’apparition d’un cancer du sein, du côlon ou encore des ovaires. Cela permet donc d’avoir un suivi médical le plus tôt possible si des risques sont détectés. Des opérations préventives peuvent également être réalisées, à l’image de l’ablation des seins et des ovaires qu’a réalisée Angelina Jolie en 2013. 

À lire aussi
Lil Pump : le rappeur appelle le mec d'une fan avec qui il vient de coucher et diffuse la vidéo

Le Parisien rapporte que 38 000 tests génétiques ont été faits en France en 2016, ce qui correspond à 55% de plus qu’en 2013. À l’avenir, ces analyses seront capables de prévenir d’éventuelles maladies cardiovasculaires, oculaires ou encore celles liées au cholestérol. 

81 % des Français intéressés par ces tests génétiques

Le jeudi 13 septembre, l’Institut parisien de lutte contre le cancer Curie a publié une étude qui révèle que 81% des Français accepteraient de faire de tels tests s’ils leur étaient proposés. Parmi les motivations évoquées, on retrouve l’envie de savoir s’il existe un risque de développer un cancer mais également de s’y préparer psychologiquement et de permettre à ses enfants de s’en prémunir. La prédisposition héréditaire est cependant en cause dans seulement 5% des tumeurs.

Effectuer un test génétique peut par ailleurs soulever de nombreuses angoisses, à l’image d’un sentiment de culpabilité à l’idée de pouvoir transmettre une éventuelle pathologie. Par ailleurs, un Français sur deux craint que ses données génétiques puissent être utilisées dans leur environnement professionnel ou encore par des compagnies d’assurance. "Ils ont peur de la discrimination et ils ont raison. L’accès à ces informations est interdit mais savoir qu’une personne de 30 ans fait un IRM tous les ans ou une coloscopie tous les deux ans, cela signe une prédisposition" explique en effet le Pr Stoppa-Lyonnet. 

Aux États-Unis, il est déjà possible de commander en ligne un test génétique pour environ 200 euros. "Ils ne sont pas fiables, trop simples, peuvent faussement rassurer" assure néanmoins l’Institut Curie. En France, l’achat d’un test génétique sur Internet est passible de 15 000 euros d’amende. Seuls des médecins travaillant avec un généticien sont en mesure de les prescrire. Par ailleurs, une personne dont le test révèle un risque génétique pouvant entraîner une maladie grave héréditaire a l’obligation d’en informer sa famille et peut le faire via un professionnel de santé.

Related:

 
Post a Reply

Poll of the Week