"Je voulais qu'Alexia se taise" les derniers aveux accablants de Jonathann Daval

Jonathann Daval, qui sera bientôt jugé pour le meurtre de sa femme Alexia Daval, a fait de terribles aveux au psychiatre mandaté par la juge d'instruction.

Vous avez certainement entendu parler de l'affaire Daval. Le 30 octobre 2017, le corps d'Alexia Daval est retrouvé partiellement calciné dans un bois de la Haute-Saône. Après avoir pleuré la disparition de sa femme à la télévision, Jonathann Daval est interpellé par les forces de l'ordre en janvier 2018.

Le 30 janvier, il avoue avoir tué Alexia Daval "par accident", après une violente dispute. Jonathann Daval s'est expliqué sur ce meurtre lors d'un entretien avec un psychiatre mandaté par la juge d'instruction. Le Point a pu se procurer le contenu de cette entrevue.

"Elle est devenue violente, en paroles et en actes, et m’humiliait en disant que j’étais un bon à rien […]. J’encaissais les coups et j’esquivais", y explique l'ancien informaticien.

Il donne ensuite les détails du soir du meurtre : "Elle m’a dit : 'T’es pas un homme !' Elle m’a frappé avec les pieds et les mains, elle m’a poussé, alors je l’ai bloquée, je l’ai étranglée et je l’ai frappée. Ce que je voulais, c’est qu’elle se taise". Des aveux terribles.

À lire aussi
Ces histoires vraies qui sont encore plus terrifiantes que des films d'horreur

"Une personnalité obsessionnelle"

De son côté, l'expert-psychiatre a indiqué que Jonathann Daval aurait une "personnalité obsessionnelle", propice à "un refoulement de l’agressivité", dont l'origine remonte à l'adolescence suite à de "sévères" troubles obsessionnels compulsifs comme "l'amour de l’ordre, de la propreté, du rangement et une persistance de rites de vérification".

Cet entretien a permis d'établir que Jonathann Daval ne possédait pas une "dangerosité psychiatrique". Le principal intéressé a également avoué qu'il était "amoureux" de sa femme au moment des faits, et qu'il l'est encore aujourd'hui.

Related:

 
Post a Reply

Poll of the Week