Cette Canadienne vit chaque hiver comme un supplice !

Au Canada, une jeune femme de 21 ans est atteinte d’une pathologie très rare. Ne pouvant pas supporter le froid, l’hiver est une saison possiblement mortelle pour elle !

Les photographies choquent. On pourrait se demander si Arianna Kent, une jeune canadienne habitant à Edmonton, n’a pas passé la nuit dans un bain de javel, mais non, il lui suffit juste d’attendre les mois d’hiver. A chaque fois, les mêmes symptômes se présentent : Brûlures et lésions cutanées, asthme, démangeaisons et de graves crises d’urticaire qui font redouter un choc anaphylactique. Il faut dire qu’à Edmonton, les températures hivernales peuvent atteindre -40 degrés, de quoi mourir de froid sans forcément être allergique. Mais pour Arianna Kent, rester au chaud sous sa couette par ces temps là est une véritable nécessité. 

À lire aussi
Corée du Sud: bouillotte et couverture fidèles amis des employés

Dur d’être prise au sérieux

D’après l’organisation nationale des maladies rares, ce type d’urticaire représente 1 à 3% des cas. Pas de bol pour Arianna, qui a déjà été hospitalisée plusieurs fois par mois. "Cela provoque des brûlures et des démangeaisons sur la peau. Pour ma gorge, c’est comme de l’asthme. On inhale plus fort et on a du mal à respirer. C’est comme si quelque chose écrasait votre poitrine. La rendant plus étroite et plus lourde. Je peux subir un choc anaphylactique complet. Alors je dois avoir recours à un EpiPen." explique la jeune femme a mcetv.

Sa maladie, qui toucherait environ une personne sur cinq au cours de sa vie, se déclare souvent en hiver, mais il ne semble pas que cette période de l’année en soit la cause exacte. Du moins, les chercheurs n’ont pas encore trouvé l’origine précise du phénomène. "C’est une allergie si étrange et rare. Les gens pensent que c’est une blague.", déplore Arianna. 

Sûrement devrait-elle tester la vie loin de tout hiver. Un petit tour au cap-vert pourrait la requinquer. 

Related:

 
Post a Reply