VIDEO - "J'ai mal réagi" : avant de se rendre, le boxeur Christophe Dettinger explique pourquoi il a frappé des gendarmes

Le boxeur de 37 ans, filmé en train de frapper des gendarmes mobiles lors de l'"Acte VIII" des "Gilets jaunes" ce samedi 5 janvier, a expliqué son geste dans une vidéo diffusée sur Facebook avant de se rendre aux autorités.

Sa garde haute, son jeu de jambes limpide et ses coups foudroyants ont fait le tour des réseaux sociaux et des chaînes d'info en continu ce week-end. Double champion de France des poids lourds-légers, Christophe Dettinger a été interpellé ce lundi 7 janvier, deux jours après avoir été filmé en train de s'en prendre violemment à des gendarmes mobiles sur la passerelle Leopold-Sédar-Senghor (Ier arrondissement de Paris) lors de l'"Acte VIII" des "Gilets jaunes", particulièrement violent dans certains quartiers de la capitale.

À lire aussi
Franck Dubosc explique comment "tout s'est arrangé" avec les "gilets jaunes" (VIDEO)

Dans une vidéo postée sur Facebook peu après s'être rendu de lui-même devant les enquêteurs de la sûreté territoriale de Paris, le principal intéressé explique son geste, et commence par détailler les raisons de sa présence parmi les manifestants : "Je suis un 'gilet jaune', j'ai la colère du peuple en moi. Je vois tous ces présidents, ces ministres, tout l'Etat se gaver et se pomper, ils ne sont même pas capables de montrer l'exemple, ils se gavent sur notre dos."

"A un moment la colère est montée en moi"

"J'ai vu la police nous gazer, j'ai vu la police faire mal à des gens, avec des flash-balls, j'ai vu des gens blessés, j'ai vu des retraités se faire gazer, j'ai vu plein de trucs", déplore-t-il. "Je me suis fait gazer et à un moment la colère est montée en moi, oui j'ai mal réagi, mais je me suis défendu."

Après avoir appelé les "Gilets jaunes" à poursuivre leur mouvement, le boxeur, désormais retraité, assure qu'il va se rendre à la police, chose qu'il a bel et bien fait ce lundi 7 janvier. D'après France 2 qui s'appuie sur une source policière, les gants avec lesquels il a frappé les gendarmes étaient "coqués", c'est à dire lestés de plomb.

Related:

 
Post a Reply