Refus de dessiner des bonhommes ou de s'assoir sur des chaises rouges : les dérives du communautarisme à l'école

Une note des services de renseignement pointe du doigt les dérives du communautarisme à l'école, en France.

L'Éducation nationale est inquiète du comportement de certains de ses élèves, qui reproduisent un comportement communautaire, qu'ils calquent sur celui de leurs parents. Europe 1 s'est procuré "une note ultra-confidentielle des services de renseignement, reçue par le cabinet du président de la République, du Premier ministre et de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, sur les signalements de cas de communautarisme musulman dans les établissements scolaires", comme l'écrit la radio.

Un exemple de communautarisme est mis en avant : celui d'élèves musulmans qui refusent de s'asseoir sur des chaises rouges en classe, sous prétexte que celui-ci est interdit par le Coran. Ailleurs, d'autres enfants refusent de dessiner des bonhommes, refusent de donner la main à des filles ou encore se bouchent les oreilles quand il y a de la musique. Autre phénomène aperçu : les enfants commencent à faire le Ramadan de plus en plus jeune. Cette note indique même qu'à Troyes, des élèves de 6ème ont refusé d'aller à la piscine de peur de "boire la tasse et de casser leur jeûne"

Mais le moment qui cristallise le plus de problème est sans doute le repas à la cantine. Des enfants musulmans ne souhaitent pas manger à côté de ceux qui mangent du porc. D'autres jeunes musulmans sont stigmatisés par une partie de leur communauté lorsqu'ils ne mangent pas de produits halal à l'école. Pour faire face à ces situations qui laissent pantois bien des instituteurs, une plateforme 

mise en place par l'Éducation nationale permet aux professeurs d'avoir des réponses et un soutien rapide sur ces questions de religion.

Related:

 
Post a Reply